dimanche 28 juillet 2013

500 000 COULEURS



Le blog vient de franchir le cap significatif de 500 000 clics en cinq ans d'existence !! Merci à tous les "cliqueurs accidentels" et  en particulier aux visiteurs réguliers et à ceux qui le divulguent sur leurs propres réseaux. J'adresse aussi mes sincères remerciements et mes amicales salutations à la centaine d'abonnés, dont une belle part recueillie ces derniers mois. Merci à vous qui êtes les fidèles "passagers virtuels" de cette embarcation d'images et de mots... Alors, en route pour le million !!



Pour fêter cette heureuse étape, je vous invite à visiter le magnifique Hospice Saint-Paul à Saint-Rémy de Provence devenu célèbre grâce à son hôte Vincent Van Gogh. Le peintre y fut interné de mai 1889 à mai 1890. Sa chambre y est reconstituée et l'on peut admirer aussi le cloître, le jardin botanique, les allées où déambulait l'artiste en quête de lumière provençale, véritablement "fada" des couleurs intenses du sud. Des reproductions des toiles réalisées durant cette année parcourent l'itinéraire et se superposent au cadre naturel enchanteur. Une partie de cet Hospice est toujours réservée à l'accueil de patients nécessitant des soins psychiatriques. On y cherche ainsi toujours à guérir ses obscures douleurs sous le soleil qui rendit fou Vincent.






















Photographies Sébastien Paul Lucien

vendredi 26 juillet 2013

SUBLIMES ASPERGES


"Mais mon ravissement était devant les asperges, trempées d’outre-mer et de rose et dont l’épi, finement pignoché de mauve et d’azur, se dégrade insensiblement jusqu’au pied — encore souillé pourtant du sol de leur plant — par des irisations qui ne sont pas de la terre. Il me semblait que ces nuances célestes trahissaient les délicieuses créatures qui s’étaient amusées à se métamorphoser en légumes et qui, à travers le déguisement de leur chair comestible et ferme, laissaient apercevoir en ces couleurs naissantes d’aurore, en ces ébauches d’arc-en-ciel, en cette extinction de soirs bleus, cette essence précieuse que je reconnaissais encore quand, toute la nuit qui suivait un dîner où j’en avais mangé, elles jouaient, dans leur farces poétiques et grossières comme une féerie de Shakespeare, à changer mon pot de chambre en un vase de parfum."

Marcel Proust "Du côté de chez Swann" 1913




dimanche 14 juillet 2013

DIVINITÉS DES EAUX DOUCES


En compagnie des nymphes et des esprits des eaux, naïades et ondins, dérivant dans les courants des rêves, me coulant au fond du lit des rivières, sous la dentelle d'écume mouchetée d'ombre et de soleil, je vis au fil de l 'eau, au bord des berges moussues où les âmes vont la peau nue, dans le chant ensorcelant des cascades secrètes....