dimanche 13 février 2011

ANNA, SOROR


Récit de jeunesse écrit à 22 ans "Anna, soror" est une perle baroque dans l'oeuvre de Marguerite Yourcenar. Situé dans la Naples et les Flandres de la Renaissance sous domination espagnole, le cadre du récit vibre tour à tour des clairs-obscurs d'un Rembrandt, des éclats somptueux d'un Greco et ou encore des carmins brûlants d'un Caravage.

Construite comme une tragédie aux accents romantiques qui emprunterait les conflits du pur et de l'impur au Lorenzaccio de Musset et l'atmosphère claustrale de La Chartreuse de Parme à Stendhal, l'intrigue repose sur une passion incestueuse entre Miguel et sa soeur Anna.




Sur ce thème majeur de la transgression des lois du sang, Yourcenar propose une variation tout en nuances, des nuances de gris flamands, de fauves pompéïens, de mauves ibériques qui constituent autant de tableaux narratifs craquelés de non-dits et d'éblouissants épanchements de passion. Le style de la jeune Marguerite est déjà imprégné de cette érudition souveraine qu'on lui connaîtra plus tard et de cette virtuosité poétique aussi raffinée que contenue, les deux mises au service de l'émotion et de la réflexion morale, d'une maturité renversante.


Les liens et les folies du sang, le poids de l'histoire et de Dieu, le labyrinthe des passions, les mélancolies et les angoisses drainées par le temps, l'amour, la solitude, le sacrifice, la mort, l'ailleurs... bref tout ce qui fait le matériel primordial et éternel de l'écrivain se trouve condensé dans ce récit. Et tout y flue comme une rivière de sang dans cet organisme littéraire parfaitement élaboré par Yourcenar.


3 commentaires:

St Loup a dit…

Magnifique billet, à la hauteur de ce sublime Anna, soror...
(Je me sens très fier de l'avoir mis dans tes mains)

Sébastien Paul Lucien a dit…

Saint-Loup, Baudelaire avait ses passantes et vous vous vous êtes un passeur de textes magnifique.

sol pau a dit…

Preciosa entrada, que me ha hecho recordar el precioso relato de Marguerite Yourcenar. Muchas gracias, es un placer leerte.