samedi 26 janvier 2013

LE BRESIL DE MEDEIROS




Si la photographie humaniste brésilienne doit beaucoup aux immigrés français que sont Pierre Verger ou Marcel Gautherot, celle-ci  trouve en Jose Medeiros un magnifique représentant autochtone.
Son regard se pose avec une douceur toute brésilienne sur des êtres qui évoquent la riche variété des visages et des moeurs de son pays : jeunes indiens se baignant dans l'Amazone, initiés en transe de la macumba, paysans du sertão, bahianas dignes et repliées dans leur timidité de descendantes d'esclaves... c'est un  peuple pluriel et doué pour la résistance et le bonheur que Medeiros nous laisse admirer. Sachant trouver le juste équilibre entre la distance et la proximité du photographe avec son sujet, cet artiste se tient au bord des natures et des cultures délicates, à préserver, sur cette frontière qu'on nomme "re-spect", l'art d'y regarder à deux fois, de porter sur les êtres un regard à la fois intime et chargé de pudeur.














La série carioca est quant à elle une immersion festive dans le grand brassage musical et charnel que fut la bossa nova à Rio au début des années soixante. Medeiros se fond ici dans un paysage de plages et de garotas sensuelles, de légèreté et de travestissement pour célébrer les divinités modernes de ce Brésil frivole qui nous charme tant : "carnaval, musica, pele, suor e cachaça!"










3 commentaires:

Javier Arnott Álvarez a dit…

Magnífico, soberbio descubrimiento.

Anonyme a dit…

me encantó

Anonyme a dit…

me encantó