jeudi 25 octobre 2012

ARCHERS



              Archer. male nude study. 1914. Andre Etienne Leon Auguste Buthaud.


SAINT-SÉBASTIEN


Je suis inutile et je suis nuisible ; 
Ma peau a les tons qu'il faut pour la cible. 
Valets au pouvoir public attachés, 
Tirez, tirez donc, honnêtes archers !



La première flèche a blessé mon ventre, 
La seconde avec férocité m'entre 
Dans la gorge, aussi mon sang précieux 
Jaillit, rouge clair, au regard des cieux.

Je meurs et là-haut sont dans les platanes 
Des oiseaux charmeurs. En bas de bons ânes 
Mêlés à des ours, brutes qu'il ne faut 
Jamais occuper des choses d'en haut.

CHARLES CROS
Le collier de griffes ( 1908 - posthume)





FARKAS MOLNAR




                               SIR JOSHUA REYNOLDS




BARON VAN STILL FRIED



HANS VON TOMAS


HANS BALDUNG GRIEN

5 commentaires:

MATHILDE PRIMAVERA a dit…

"Art chez" Sébastien Paul Lucien !!! Une publication raffinée comme toujours !!!

Javier Arnott Álvarez a dit…

Las flechas reconvertidas en símbología fálica.

Sébastien Paul Lucien a dit…

Merci chère Mathilde, blogueuse d'honneur !

Javier, te dejo imaginar lo que quieres respecto a esas flechas.... nunca habia pensando en eso ( casi nunca, confieso ; ) jajajja)
Abrazo a los dos!

Cochonfucius a dit…


La sirène-amazone a dressé quatre cibles ;
Ce sont quatre guerriers autrefois invincibles
Que sa cruelle main s’amuse à transpercer,
Eux qu’elle avait d’amour et de chansons bercés.

Les guerriers, sous les coups, sont devenus des chantres ;
Leur voix éveille au loin les grottes et les antres,
Ils pourraient émouvoir les monstres dans les cieux,
La sirène, pourtant, chante encore un peu mieux.

De cette relation, qui saura les arcanes ?
La sirène sourit, amazone et sultane,
Mais avec son sourire est aussi un soupir :
Ah, dit-elle, quand donc un plus grand champ de tir ?

Sébastien Paul Lucien a dit…

Magnifique poème, merci de la partager ici !bravo à l'auteur !