mercredi 25 avril 2012

CATHERINE SANS REPULSION




Polanski est un vraiment un cinéaste pervers, je le constate de nouveau dans son célèbre film REPULSION où il mène la vie dure à la jolie Mlle Ledoux, incarnée par une ravissante Catherine Deneuve. Film surfait et tordu dans la forme et le fond, semé d'effets empruntés à Hitchcock, naviguant entre une épouvante inefficace et un fantastique à tendance psychologisante sur l'éternelle hystérie féminine, on finit par s'y ennuyer ferme et à ne plus vouloir que sortir de ce huis-clos.
Le sadisme libidineux du réalisateur n'est que le prétexte à un exercice de style de cinéaste juvénile parfois réussi (belle photographie du swinging London, gros plans saisissants, objets très bien filmés) mais qui cache mal le narcissisme pervers du réalisateur à l'endroit de sa trop belle actrice. Faire se tordre de frustration et de nymphomanie refoulée son héroïne vierge et l'abandonner à toutes les manipulations de sa caméra, tel est le vrai mobile de ce délit cinématographique. Heureusement j'ai réussi à sauver de cette fantasmagorie sans queue ni tête quelques jolis clichés de Catherine plus belle du jour que jamais. La Deneuve sauve toujours un film de notre répulsion.


                             

1 commentaire:

Javier Arnott Álvarez a dit…

Hace tanto tiempo que la vi que casi ni me acordaba de ella.