samedi 28 avril 2012

LEON BAKST


Promenade visuelle dans les croquis enluminés du peintre, décorateur et costumier Léon Bakst. Ce génie russe de la couleur et du mouvement accompagna la grande aventure des Ballets Russes à travers l'Europe de la Belle Epoque en donnant à des chorégraphies comme L'oiseau de feu, Schéhérazade ou Prélude à l'après-midi d'un faune, leurs costumes aux éclats orientaux, aux bigarrures antiques.







Les dessins de Bakst possèdent déjà ce dynamisme et cette sensualité que le danseur ( Nijinski ou Leonid Massine) leur confèrera dans les grandes envolées de la chorégraphie. Ils participent à la rénovation du ballet par le souffle de libération du geste et du corps, par leur féérie visuelle qui mêle les héritages byzantin, baroque, romantique aux soubresauts de la modernité picturale et musicale.



 J'ai eu le plaisir à différents moments de contempler les reliques de certains de ces costumes à la faveur d'exposition à Paris, Barcelone ou Venise : leur originalité demeure intacte malgré les teintes passées et les accrocs du temps. Le raffinement un peu barbare de Bakst est toujours prêt à bondir, à briser les vitrines et à emporter le visiteur dans un carnaval russe sur une musique de Stravinski.












1 commentaire:

Javier Arnott Álvarez a dit…

Un placer para la vista, diseños llenos de evocación, vistos desde la perspectiva de hoy en día nos damos cuenta de la magia que hemos ido perdiendo.