vendredi 21 octobre 2011

MY MIDNIGHT IN PARIS



Pour parodier Woody Allen dans son dernier film (qui est déjà une parodie de lui-même et du regard d'un américain sur Paris) je rêve à mes rendez-vous fantasmatiques avec les fantômes de l'entre-deux-guerres. Dans une soirée idéale, au Boeuf sur le toit, je croiserais avec ravissement les personnalités qui suivent et bien d'autres encore qui viendraient me faire la surprise de leur apparition...
De " Midnight in Paris" je sauve F.S. Fitzgerald et je le fais accompagner par L'exquise

Lee Miller.


J'apercevrais à une table le catalan Dali et la très chic Coco Chanel.

Avec la belle Simone Signoret on s'approcherait de Jean Gabin...





Mais c'est sur le débutant Jean Marais que mon regard se fixerait avant que Cocteau ne surgisse.


J'irais saluer Anaïs Nin et me ferais photographier comme elle par Brassaï!

Puis on se quitterait le temps d'une danse parmi les marins....


.... qui ne cesserait que pour écouter la môme Piaf chanter " Mon légionnaire".



Je serais prêt à suivre Joséphine où elle voudrait sur le rythme de la Conga!


Quand soudain un fou chantant descendrait du ciel...... bonsoir Charles Trenet!






Mais qui est cette créature de la nuit... C'est Babette, voyons!





Et cette figure inquiétante que l'ami Voinquel a saisie, c'est

Antonin Artaud, l'acteur et le poète!



Pourquoi n'écrit-il pas une chanson pour la troublante Suzy Solidor?


Parce que Jean Cocteau, maître de cérémonie s'y est déjà brillamment appliqué!


Alors Kiki et Man Ray entreraient dans la danse et feraient couler le champagne!


... pour que le rêve ne finisse jamais!



4 commentaires:

pe-jota a dit…

Un París mítico que aún sigue brillando y deslumbrando, algunos dicen que fue su canto del cisne, no lo creo, París aún no ha dicho su última palabra y curiosamente a medida que el desencanto con respeto a USA va aumentando más se van volviendo los ojos hacia la ciudad que durante siglos nos ha iluminado. Europa necesita a París y el mundo necesita de la llamada "Ciudad Luz"

Sébastien Paul Lucien a dit…

Tienes razon Javier, Siempre nos quedara Paris! el Paris real que sigue siendio encantador y el Paris soñado que pertenece a todos los que lo eligieron como capital de una utopia artistica.

St Loup a dit…

Un pêle-mêle qui fait rêver...

pe-jota a dit…

Totalement d'accord !!!