vendredi 23 septembre 2011

AS TEARS AND TIME GO BY




Ingrid Bergmann



Ecouter Marianne Faithfull dans un récital "guitare et voix" est une expérience à fleur de peau. "Smoke gets into your eyes" dirais-je face à cette voix cramoisie par le tabac et les déroutes sentimentales. Voix d'outre-tombe, crevassée, brisée même avant de jaillir mais qui pousse avec un phrasé parfait son lamento en "broken english".


http://www.youtube.com/watch?v=p9eVhgxoj-c&ob=av2n


Dame Faithfull surgit avec toute sa légende du swinging London qu'elle porte avec ce mélange de simplicité et de raffinement qui fait le vrai chic aristocratique. On entend pourtant dans sa plainte rocailleuse l'écho des impasses sordides où ses errances hallucinées et alcoolisées allaient battre le pavé, faute d'autre tempo.


http://www.youtube.com/watch?v=mXD8l8JFk6E


La voix acidulée de la jeune fille de 17 ans sussurant " As tears go by" à l'oreille de Jagger s'est muée en soupirs et râles de sorcière de Shakespeare. Envoûtante, elle est restée. Certaines artistes perdent ainsi leur voix mais continuent à chanter avec un autre organe: un coeur perclus mais qui fier de sa survivance bat impeccablement la cadence et sonne toujours juste. "Elle est trop vieille" ose-t-on me répliquer sans avoir même voulu l'entendre. C'est ignorer que l'art prend tout son temps pour accomplir chez certaines âmes les plus belles métamorphoses.



http://www.youtube.com/watch?v=hQWASUA9mbU

1 commentaire:

pe-jota a dit…

Cette femme est une merveille revivre et renaître de la profondeur de l'auto-destruction