vendredi 30 septembre 2011

CASTRUM DOLORIS




"Le "camp de la douleur" c'est la mélancolie. Dans la mélancolie on ne voit plus rien. Tout devient inconnu et la cause de chaque peine, de chaque tristesse est inconnue. Le temps est inconnu. Les souvenirs sont inconnus. Le monde est inconnu. On rejoint la détresse sans secours de la première heure, quand on découvre la lumière. La nouveauté. Perte, réel, nom, deuil. Même nihil manque."


"La lucidité peut être considérée comme une valeur plus haute que l'illusion. Mais quoiqu'il en soit et malgré qu'il en ait, le désir de croire renaît comme le sommeil ou comme la soif, ou comme l'attachemenet de l'amour, ou comme l'envie d'être heureux."






Extraits de "LA BARQUE SILENCIEUSE" de Pascal Quignard


Tableaux de Edward Munch

2 commentaires:

pe-jota a dit…

Une combinaison parfaite du texte et des tableaux de Munch, la danse de la vie. essayer de renaître, réinventé, parfois un exercice de volonté.

shahrzad a dit…

Dans les oeuvres d' art d' Edvard munch, il y a une peine toujours, une tristesse toujours,
Il melait toutes les sensations bien ensemble, avec les couleurs fortes
par les sentiments forts
"Madonna" de Munch est merveilleure